Ensemble, ils nous invitent à un voyage depuis le Portugal, sa saudade mélancolique et son langage visuel épris de nostalgie. Passant par ses anciennes colonies (l’Angola et le Cap-Vert), le metteur en scène recherche une géographie intérieure, celle des cordes de l’âme qui vibrent au moindre heurt de la vie. Sur des notes mélancoliques et vibrantes de fado, son théâtre musical à fleur de peau réunit des élans de corps et des voix énergiques pour composer des tableaux vivants à la recherche d’un sentiment perdu : l’amour dont tant de gens ont été privés, partis seuls durant la pandémie, sans pouvoir être accompagnés de leurs proches. Empruntant les mots des poètes (Rilke, Andrade…), Delbono sonde à nouveau nos plaies les plus vives en quête de beauté. Il redonne vie à ce qui n’est plus dans une cérémonie onirique nourrie de visions fantasmagoriques où la poésie des corps, profondément humaine, déborde de toute part.

Tarif: B

Photo : © Luca Del Pia

Auteur, comédien et metteur en scène, Pippo Delbono est né à Varazze en 1959. Au début des années 1980, il fonde la Compagnia Pippo Delbono, avec laquelle il mettra en scène plusieurs spectacles aujourd’hui considérés comme des étapes marquantes du théâtre contemporain. Sa recherche poétique connaît un tournant majeur avec la rencontre de personnes et d’artistes issus de différents horizons ou vivant aux marges de la société́ : c’est ainsi que naît Barboni (Clochards) (1997, Prix spécial Ubu pour « une recherche théâtrale menée à travers l’art et la vie »). Depuis plus de vingt ans, les spectacles qu’il crée avec sa compagnie, fruit d’une recherche où confluent théâtre, poésie, musique, cinéma et danse, ont été représentés dans les théâtres et festivals du monde entier, parmi lesquels le Festival d’Avignon, la Biennale de Venise, le Holland Festival, le Hong Kong Arts Festival, le Festival de Otoño, le Grec Festival de Barcelone, le Theater Spektakel à Zurich, le Wiener Festwochen, le Festival TransAmériques de Montréal: Il tempo degli assassini, La rabbia, Guerra, Esodo, Gente di plastica, Urlo, Il silenzio, Racconti di giugno, Questo buio feroce, La menzogna, Dopo la battaglia, Orchidee, Vangelo et La Gioia.

Une création de : Pippo Delbono 

Avec : Dolly Albertin, Gianluca Ballarè, Margherita Clemente, Pippo Delbono, Ilaria Distante, Aline Frazão, Mario Intruglio, Pedro Jóia, Nelson Lariccia, Gianni Parenti, Miguel Ramos, Pepe Robledo, Grazia Spinella

Musiques originales de : Pedro Jóia et de compositeurs variés

Collaborateurs artistiques : Joana Villaverde (décor), Elena Giampaoli (costumes), Orlando Bolognesi (lumière), Tiago Bartolomeu Costa (conseiller littéraire)

Son : Pietro Tirella

Chef machiniste : Enrico Zucchelli

Responsable de projet au Portugal : Renzo Barsotti

Responsable de production : Alessandra Vinanti

Organisation : Silvia Cassanelli

Administrateur de compagnie : Davide Martini

On sort de ce spectacle riche d’émotions et d’images, certaines personnelles, d’autres évidentes, d’autres encore secrètes, comme si pendant tout le spectacle Pippo Delbono se racontait lui-même, déposant là son fardeau d’amours cherchées et perdues, de passions et d’adieux.

Repubblica online