La soixantaine d’élèves engagée rencontrera 4 artistes issus de disciplines et d’horizons variés ( photographie, théâtre, radio). En s’appuyant sur leurs œuvres précédentes les élèves seront co-créateurs de 2 objets mêlant écriture, mise en voix et expression corporelle & sonore.

FILART souhaite encourager et rendre compte du bouillonnement qui existe au collège par un projet artistique inscrit dans la durée et donnant la parole aux élèves tout en créant des conditions de rencontres autour des œuvres produites. Les jeunes sont les auteurs et concepteurs de leurs œuvres, qu’ils exposeront devant un public varié, plusieurs fois dans l’année scolaire et qui répondent à des langages variés : images, textes, théâtre et création sonore. Pour ce faire, deux temps forts de résidence sont projetés, donnant forme à deux œuvres très différentes. L’une sous forme d’exposition photographique s’amusant avec les nuances et licences de la langue française prise au pied de la lettre. La seconde mêlant écriture performée devant un public et l’enregistrement d’un podcast. Cette immersion dans les pratiques des arts vivants contemporains permettra aux élèves et à la communauté éducative au sens large de se plonger dans un processus de création, générateur de trans-formation et de liens.


Sébastien Fayard est un artiste, comédien (école Jacques Lecoq), photographe, vidéaste et performeur français vivant à Bruxelles. Il a travaillé avec différents metteurs en scènes, chorégraphes, artistes plasticiens dont la Cie System Failure, Noémie Carcaud, la Cie Solo conversations danse collective, Fréderique de Montblanc, Nicolas Luçon, Emilie Maréchal, Denis Laujol... Depuis quelques années, il mène différentes recherches photographiques et vidéographiques et poursuit la série Sébastien Fayard fait des trucs. En parallèle, il décline ce projet en petits films dans une série appelée Sébastien Fayard filme des navets et sillonne les festivals de courts métrages européens.


Valentine Carette est formée au Conservatoire d'Art Dramatique de Montpellier, sous la direction d'Ariel Garcia Valdès. Au théâtre, elle joue dans les mises en scène d'Alain Béhar, Jean Claude Fall, Lazare, Marie Christine Soma, Elisabeth Chailloux, Olivier Coulon-Jablonka, Didier Galas.... Parallèlement, elle chante et se produit avec le guitariste et chanteur Franck Williams avec leur groupe Ghost Dance. Entre 2016 et 2019, elle anime des ateliers de pratique théâtrale avec des demandeurs d'asile pour Emmaüs Solidarité-Paris. Elle collabore à la rédaction des Cahiers du Cinéma entre 2010 et 2020. De 2016 à 2018, elle est comédienne et danseuse pour le chorégraphe Salia Sanou sur la pièce Du désir d'horizons. En 2020 avec le Théâtre de la Vignette à Montpellier, elle travaille avec le musicien Babix à la création d'une pièce musicale Vous n'étiez pas là. Depuis cette rencontre, elle assiste Babix à la réalisation de son film Les saisons volatiles et réalise pour lui le clip Alpiniste. Elle sera interprète de son prochain spectacle opéra tique sur l'inventeur Nikola Tesla. Elle navigue librement entre performance, travail chorégraphique, théâtre et cinéma, avec un attachement particulier aux écritures contemporaines et à la pluridisciplinarité.

Écrivaine et éclairagiste transgenre, elle partage son temps entre deux métiers, celui d’éclairagiste de théâtre et celui d’écrivaine. Loin d’être antagonistes, ces deux pratiques se nourrissent, l’une l’autre. Avancent ensemble. Elle participe à plusieurs projets poétiques ou théâtraux et collabore avec différents musiciens, avec d’autres auteurs ou travaille l'écriture sous forme d'ateliers et/ou de spectacle avec des amateurs, dans des formes d’écriture plus collectives : Les Lunes sortent de l’eau, avec la cie l’octobre théâtral ou Côtes à Côtes, Ensemble et Séparés (puis Chant Entier et, plus récemment Hôtel de la Digue), avec le Théâtre Détours, en sont un bon exemple.

PROJET PLURIDISCIPLINAIRE

De septembre à juin 23, Sébastien Fayard, Valentine Carette et Samaële Steiner travaillent avec :

  • Élèves de 6ème et UPE2A du collège Vauban de Belfort en coordination avec leurs professeurs