THÉÂTRE PREMIÈRE

RENAUD DILIGENT, CIE CES MESSIEURS SÉRIEUXFR DIMANCHE NAPALM

Portrait d’une déflagration. Un accident. Le silence étrange d’un fils. La révélation de certains secrets de famille. Entre humour et drame, sur fond de malaise social et politique, Dimanche Napalm est un prétexte qui (op)pose au vacarme de notre époque la vertigineuse question du sens.

Écrit sur le terreau des manifestations étudiantes de 2012 au Québec, Dimanche Napalm aurait pu rester un objet théâtral attaché à l’histoire canadienne. Mais découvrant le texte en 2017 dans l’entre-deux tours des élections présidentielles françaises, Renaud Diligent y trouve un lien et s’en empare. Dans l’apparente tranquillité d’une banlieue, un système familial se délite, une alchimie relationnelle qu’on croyait bien établie se dilue, s’évapore. Un jeune homme se tait obstinément. Bousculés par ce mur du silence, ses proches s’interrogent, s’énervent, s’inquiètent. Chacun réagit selon sa propre cadence intérieure. Ruptures, accélérations, ritournelles, ces rythmiques solitaires impulsent le mouvement global de la pièce. Peu à peu, voilà que se dévoilent certaines histoires jusque-là bien enfouies, tandis que rôde l’ombre de la Grand-mère. La levée de ces non-dits va progressivement transformer le personnage central. Son mutisme politique initial va évoluer vers de la stupéfaction. Dans un pays confortable, loin des bombes, indifférents aux soubresauts populaires peut-être annonciateurs de changement, que racontent les protagonistes ? Qu’est-ce qui les lie et les relie au reste de la société ? Cette tragi-comédie à la langue à la fois différente et proche de la nôtre, évoque l’intime et le politique, la fracture entre urbain et rural, le conformisme, l’héritage et la transmission... et questionne finalement notre présence au monde.