Annulé

THÉÂTRE

GAIA SAITTA GIORGIO BARBERIO CORSETTIit JE CROIS QUE DEHORS C’EST LE PRINTEMPS

Dans la mythologie grecque, quand Médée est répudiée par Jason, elle se venge en tuant leurs deux fils. L’histoire d’Irina Lucidi, ayant défrayé la chronique judiciaire en Italie, c’est Médée à l’envers. En 2011, ses filles jumelles de six ans sont enlevées par son propre mari. L’homme se tue. Les deux fillettes ne seront jamais retrouvées, laissant Irina avec ses questions sans réponses.

Un jour, elle se confie à une journaliste. De leur dialogue naît, en 2015, un livre dense et délicat, Mi sa che fuori è primavera (Je crois que dehors c’est le printemps). Gaia Saitta et Giorgio Corsetti en proposent ici une version théâtrale et participative. Sur scène, Irina se raconte. Entre enquête en direct et poésie intime, elle compose avec les réactions d’un public devenu protagoniste d’un soir. Rarement les émotions qui unissent l’acteur et le spectateur n’auront atteint ce point d’intensité.

La mise en scène, d’une extraordinaire élégance narrative, se met au diapason des souvenirs d’Irina. Le récit se mue en une fable de résilience quand, face au drame, il s’agit de continuer à vivre et d’accepter que viennent de nouveaux printemps. Un spectacle dont on sort bouleversé, mais paradoxalement apaisé.


Jamais vu un aussi bel hommage à la belle relation acteur-spectateur et à la qualité de l’émotion qui les unit. La beauté simple et l’intelligence scénique renforcent en douceur cette fable qui va, par petites touches, vers une fin optimiste, à contre-courant d’une époque qui magnifie et glorifie les monstres. RTBF