THÉÂTRE

EMMA DANTEIT LA SCORTECATA

Librement adaptée d’un conte napolitain du XVIe siècle, La Scortecata nous emmène au sud de l’Italie. Deux vieilles femmes et un roi sont les protagonistes de cette fable jouissive, tendre et cruelle, interprétée par un duo d’acteurs virtuoses.

À mi-chemin entre comedia dell’arte et dialogues shakespeariens, voici l’histoire d’un roi amoureux de la voix... d’une vieille dame. Attiré par le son mélodieux, il entreprend  Spectacle en sarde, surtitré en français de suivre celle qui en est à l’origine et la voit se réfugier dans une modeste masure. L’inconnue refuse d’ouvrir la porte acceptant seulement de montrer un doigt… Extrait du recueil Le Pentamerone ou Conte des contes de Giambattista Basile, le spectacle d’Emma Dante met en scène un roi et deux vieilles dames de quatre-vingt-dix ans autour d’un drôle de quiproquo. La pièce respecte les codes de la tradition théâtrale du XVIIIe siècle attribuant les rôles féminins à des hommes. Dans une scénographie épurée, parés de nuisettes élimées, les comédiens Salvatore D’Onofrio et Carmine Maringola miment sans concession et jusqu’à la singerie, les attitudes et postures des deux anciennes. Surtitré en français, le texte ne lasse pas de surprendre et de faire rire, en particulier lors des vertes invectives échangées entre les commères. Le rapport aux corps – déshabillés, malmenés, transgressés – occupe toujours une place importante dans le travail de la metteure en scène sicilienne. Ici encore, s’impose une impressionnante et endurante physicalité tandis que le final pathétique et anti-moraliste convoque le délicat sujet de la fin de vie. Plus qu’un conte de fées perverti, la pièce est un condensé de tradition populaire italienne à voir absolument !


Une heure de bonheur absolu. L’Art-vues