THÉÂTRE DOCUMENTAIRE

DIDIER RUIZ, LA COMPAGNIE DES HOMMESFR/ES TRANS (més enllà)

Loin des clichés, TRANS (més enllà) aborde la question du genre et celle de l’enfermement. Ils sont sept, tous trans, originaires de Barcelone. Face public, ils s’avancent et racontent en espagnol ou catalan. Leurs voix singulières mettent le rire aux lèvres et les larmes aux yeux.

« Les transsexuels sont des révolutionnaires, des figures de la résistance » affirmait Jean Genet. Leur choix est différent et nous les regardons parfois avec mépris ou pire, avec pitié. Ils nous ouvrent au contraire des mondes. Ils nous font sortir d’un système binaire. Où est la normalité ? Ne sont-ils pas l’exemple absolu de la liberté totale ? Après Une longue peine qui témoignait de l’expérience de l’emprisonnement, Didier Ruiz poursuit la réflexion en abordant la contrainte liée au corps. Un corps sexué et genré dans lequel certains ne se reconnaissent pas. C’est suite à la rencontre de la mère d’un enfant trans, que le metteur en scène prend conscience des limites de sa propre vision et décide de créer TRANS (més enllà). Accompagné du chorégraphe Tomeo Vergés, il réunit ici quatre femmes et trois hommes qui parlent de leur vie et de leur place dans la société. Ils ont entre 22 et 60 ans : Neus, Clara, Danny, Raúl, Ian, Sandra et Leyre. Sur un plateau nu bordé d’un grand voilage clair, ils narrent successivement d’une manière simple mais sans détour leur parcours. Des projections d’images d’animation rythment leurs paroles. Loin de toute impudeur, sans provocation ni fausse humilité, TRANS (més enllà) est une invitation à l’écoute, au respect et à la dignité.


Le spectacle imaginé par Didier Ruiz est bouleversant d’intimité et de délicatesse. Les Inrockuptibles