FLAMENCO

DANI DE MORÓN E INVITADOSES 21

Après deux albums de guitare solo, Dani de Morón s’est entouré des plus grandes figures du cante, le chant flamenco, pour réaliser 21, son nouvel opus. Cordes et voix y partagent la vedette pour créer une atmosphère tantôt ardente, tantôt apaisée, où l’émotion ne s’efface pas derrière la prouesse technique.

Né à Séville, en 1981, Dani de Morón est un des guitaristes les plus en vue dans le paysage du flamenco actuel. Le maestro Paco de Lucia, lui-même, ne s’y est pas trompé en lui proposant, il y a quelques années, de l’accompagner en tournée, en qualité de deuxième guitariste.

Le virtuose est réputé pour aller droit aux entrailles, en mettant sa technique flamenca au service de l’expressivité. Son jeu explosif, imprévisible et raffiné, qui n’hésite pas à explorer le silence, prend toute sa dimension avec le projet 2.1. Chaque chanson constitue une conversation lumineuse entre la voix et le guitariste, ce dernier adaptant son jeu à la singularité des timbres, sans abandonner son rôle harmonisateur.

En concert, Jesús Méndez, Antonio Reyes et Duquende – qui resteront dans les annales comme des références du cante de ce début de siècle – se succèdent aux côtés de Dani de Morón et du duo de palmas qui donne le rythme en claquant des mains. Avec de tels interprètes, habités par leur art, le flamenco rappelle que s’il sait déclencher des ouragans rythmiques, il peut aussi être traversé par des morceaux où, par la grâce du dialogue « cante-guitare », les aiguilles semblent s’arrêter pour laisser le temps au frisson de perdurer.


Avec son troisième album 21 [Dani de Morón] s’est entouré des noms les plus importants del cante de ce siècle. DeFlamenco