Chaque artiste crée sa méthode, chaque pièce ressemble à un prototype qui nécessite de très longues périodes de recherches puis de répétition en studio avant d’être présentée devant un public et partir en tournée.

Avec Attention Chantier, MA propose à des compagnies de donner à voir leur processus de création, de le mettre en vitrine. Paulo Duarte, artiste complice de MA, s’est prêté au jeu de travailler sous le regard des passants. Une expérience unique !

Création de Polaroid

Après une première résidence de recherche en novembre 21, Paulo Duarte, artiste plasticien, revient pour continuer l’exploration autour d’un futur spectacle sur la technique photographique du Polaroid. Accompagné de Michel Ozeray, scénographe, créateur de marionnettes et automates pour le spectacle vivant, ils poursuivront leurs questionnements sur la création de l’image, les rapports entre mouvement et forme et le rapport au temps, à l’espace et à la mémoire. Puis, aux côtés d’Aurélie Bonamy, réalisatrice et médiatrice, ils créeront ensemble une vidéo sur la période d’expérimentation de ce projet pour partager les ressentis, les motivations et les défis artistiques.

Tarif: GRATUIT

PHOTOS
© Zélie Noreda

Né au bord de l’océan, il apprécie l’horizon. Tenté par les vagues il n’a pourtant jamais su nager. Le dessin fût son premier défi et à l’adolescence, il se fait à l’idée de l’art. Parti aux Beaux-Arts de Porto, il ouvre la palette des possibilités de langages. Après son diplôme et un passage par l’Éducation nationale, en cherchant de nouvelles expériences il se retrouve étudiant à l’École nationale supérieure des Arts de la Marionnette de Charleville-Mézières. Les voyages et les déménagements nourrissent son imaginaire. En chemin, il fonde MECANIkA pour traduire sans hiérarchie ses liens aux arts plastiques et aux arts scéniques.

La relation qu’il perçoit entre le corps manipulé et le corps manipulateur part d’un constat de disparition et d’apparition continuelle, d’aller et de retour entre la présence et l’absence, entre l’image « réelle » et « l’irréelle », la matière et le spectre. L’architecture dramaturgique particulière qui sort de ces croisements est liée par les thèmes choisis, souvent récurrents : la fragilité du réel, la relativité des sens et aussi par les divers médiums ou genres d’images.

Télé
charger
le
prog
ramme