DANSE

AKRAM KHAN COMPANYGB OUTWITTING THE DEVIL

Depuis bientôt quarante siècles, L’Épopée de Gilgamesh inspire la passion de l’homme pour ses mythes fondateurs. C’est au tour du célèbre chorégraphe Akram Khan d’en nourrir sa danse universelle.

Rare élue dans la Cour d’Honneur du Palais des Papes, Outwittingthe Devil aura été l’une des pièces très attendues de la programmation de la dernière édition du Festival d’Avignon. Voici deux décennies, Akram Khan émergeait dans le Londres de sa jeunesse, pour ébranler les vieilles répartitions, et séparations, entre les mondes traditionnel et contemporain. Pratiquant le kathak dans sa communauté bangladaise, il s’est formé à la danse contemporaine lors de ses années universitaires.

Puis son épopée impressionna, Khan devenant figure de proue internationale d’une danse traversant les frontières, à la croisée des cultures et des disciplines. Le grand public acclama ses immenses fresques trempées dans les hauts thèmes des préoccupations humanistes mondialisées. Venant tout juste de cesser de danser lui-même, le chorégraphe est en train de penser à neuf sa façon de confier à d’autres interprètes le sens de son propos.

Parmi les six danseurs d’Outwitting the Devil, il peut s’offrir  de réunir parmi les meilleures et les plus diverses des grandes personnalités de   l’art chorégraphique. En combinant toujours un travail musical et une scénographie très visuelle, Akram Khan veut désormais embrasser l’héritage universel de l’Épopée de Gilgamesh. Fragmentaire, composite, jamais réellement achevé, ce texte géant, l’un des premiers consignés dans l’histoire, brasse, depuis un noyau originel constitué voici bientôt quarante siècles, des éléments fondateurs des grands mythes qui animent l’Humanité. Donc sa danse.


Akram Khan : le maître du mouvement qui a redéfini la danse

The Guardian

Un récit chorégraphique unique.

Télérama